Kasbah Ait Ouzza, Boumalne

Roger Mimó :

In English   En español   En català.

LA ROUTE DES MILLE KASBAHS

Hotel Tomboctou

Étape 6 : de Rissani à Mhamid

De Rissani à Nkob

De Rissani à Nkob, la route parcourt un désert parsemé d’acacias épineux et de roches où les gravures rupestres ne manquent pas. Le seul endroit important du point de vue architectural est Tazzarine, le reste de la région étant une zone de nomadisme.

Carte du sud du Maroc entre Rissani et Nkob.

VOIR QUELQUES GRAVURES RUPESTRES

Tazzarine est une grande oasis constituée de plusieurs villages, dans laquelle nous trouvons à nouveau des kasbahs. Plusieurs pistes parcourent cette palmeraie et vous permettront d’admirer de belles constructions en terre.

Tazzarine, sud du Maroc.
Tazzarine

En arrivant à Nkob, on découvre quatre dizaines de kasbahs qui surgissent d’une immense palmeraie, en composant une image magnifique si ce n’est pas une année de sécheresse. Toutes ces kasbahs furent bâties au début du XXe siècle par des familles Aït Atta qui se sédentarisèrent à cette époque. Dernièrement, quelques unes ont été réhabilitées en hôtels.

Nkob, sud du Maroc. Palmeraie et casbahs de Nkob au sud du Maroc.

À Nkob même, à l’intérieur du complexe Baha Baha cité dans la rubrique « loger », il y a aussi un intéressant musée sur les traditions de la tribu Aït Atta, petit mais très charmant. Droit d’entrée : 10 DH.

Kasbah Bana Baha, Nkob, sud du Maroc.


De Nkob à Zagora

Carte entre Nkob et Zagora, au sud du Maroc.

De qu’on sort de Nkob, on parcourt un pays aride et dépeuplé jusqu’à la vallée du Drâa, explosion de vie inespérée : une suite d’oasis dans lesquelles on trouve quelques dizaines de kasbahs et trois centaines de ksour.

Pour bien apprécier cette vallée, nous vous conseillons de lire le livre Trésors et merveilles de la vallée du Drâa mentionné dans la rubrique « livres ».

En prenant à Tansikht la direction de Zagora, on dcouvre bientôt Ouaouzagour, qui est en ruine mais qui jouit d’une vue spectaculaire grâce à sa situation au bord de la falaise.

Ouaouzagour, Maroc.

Un peu plus loin, à Oulad Atmane, nous verrons la kasbah du Caïd Larbi (30º 36,263’ N 6º 10,077’ W), l’un des grands caïds du Drâa, qui fut l’allié du Glaoui pendant la première moitié du XXe siècle. Ce bâtiment est d’un style assez tardif, avec des plafonds de cèdre et des arcades qui entourent les fenêtres. La kasbah est ouverte à la visite touristique moyennant un droit d’entrée et une partie est transformée en maison d’hôtes.

Kasbah du Caid Larbi, Oulad Atmane, sud du Maroc.

À Tinzouline on trouve une kasbah très spéciale, appelée Er Ribat (30º 30,436’ N - 6º 06,012’ W). Elle est organisée autour d’une cour immense bordée de vingt-six piliers pour soutenir les galeries, mais sans arcades. Une famille charmante y habite et elle vous fera visiter si vous le demandez (prévoir un pourboire).

Ribat de Tinzouline, sud du Maroc.
Ribat de Tinzouline
Ribat de Tinzouline, sud du Maroc.
Cour du Ribat

Avant d’arriver à Zagora, le ksar Tissergat (30º 23,784’ N - 5º 51,528’ W) mérite une mention spéciale pour la magnifique vue d’ensemble qu’il offre. Il a été restauré en 1968 grâce au programme financé par la FAO duquel on a déjà parlé, de sorte qu’il se trouve aujourd’hui dans un bon état de conservation. À l’intérieur du ksar, un grand musée et une ancienne kasbah d’El Hiba transformée en hôtel.

Ksar Tissergat, Zagora, sud du Maroc.
Le ksar Tissergat
Ksar Tissergat, Zagora.
Le musée de Tissergat

De Zagora à Mhamid

Zagora est un centre administratif moderne qui n’a d’intérêt que pour ses confortables hôtels.

Carte entre Zagora et Mhamid

Le ksar Amezrou (30º 18,436’ N - 5º 49,356’ W) se trouve presque collé à Zagora. Il comprend un quartier où vivaient les Juifs avant leur émigration dans les années 1960 et une mosquée avec un curieux minaret en terre crue.

Un autre ksar à visiter absolument est Tamegroute, (30º 15,562’ N - 5º 40,861’ W) avec des ruelles obscures et mystérieuses. C’est aussi le centre potier le plus important du sud marocain et une zaouïa qui abrite une grande bibliothèque de manuscrits arabes. Mais cette bibliothèque occupe aujourd’hui un bâtiment de construction moderne. Par contre, le mausolée de Sidi Mohamed Ben Nasser, fondateur de la tarika Nasseria au XVIIe siècle, est ancien et jouit d’une belle décoration en plâtre sculpté et bois de cèdre (droit d’entrée laissé à votre appréciation)

Ksar Amezrou, Zagora, sud du Maroc.
Mosquée d’Amezrou
Temegroute, sud du Maroc.
Potiers de Tamegroute
Tombeau de Sidi Mohamed Ben Nasser, Tamegroute, sud du Maroc.
Zaouïa de Tamegroute
Ksar Tamegroute, sud du Maroc.
Ruelle de Tamegroute

Plus loin, la route abandonne la vallée où la rivière coule au fond d’un canyon, mais elle la rejoint à nouveau dans l’oasis de Ktaoua, qui fut un autre des grands centres commerciaux historiques, comme le Tafilalet, à l’époque où les caravanes transhumaient du Maroc à l’Afrique sous-saharienne. Parmi les nombreux ksour de la Ktaoua, les ksour Nesrat (30º 00,804’ N - 5º 31,781’ W), Beni Hayoun (29º 59,117’ N - 5º 33,027’ W) et Beni Sbih (29º 57,329’ N - 5º 33,774’ W) étaient les plus connus pour leur activité marchande.

Ksar Beni Sbih, sud du Maroc.
Rue de Nesrat
Ksar Beni Sbih, au sud du Maroc.
Le ksar Beni Sbih

À côté de Nesrat on trouve aussi un ksar beaucoup plus petit mais spectaculaire par sa hauteur et sa situation entre les dunes, Aït Isfoul. Il s’agit dans ce cas d’un petit village où habitaient les guerriers Aït Atta chargés de la défense de la population sédentaire de Nesrat, composée de paisibles agriculteurs, artisans et marchands.

Dromadaires, sud du Maroc.

Après l’oasis de Ktaoua, nous quittons à nouveau la vallée pour éviter le défilé de Foum Larjam, où on voit de nombreux tumulus préhistoriques, et nous descendons à nouveau dans l’oasi s de Mhamid. Là, les palmiers poussent entre des petites dunes qui composent un joli paysage.

Parmi tous les ksour de cette oasis, il faut parler d’Oulad Dris (29º 49,857’ N - 5º 39,337’ W), qui date du XVIIe siècle. Deux maisons du ksar ont été réhabilitées et contiennent un grand nombre d’antiquités, certaines d’entre elles très curieuses :

  • ARCHEO - EXPOSITION OULAD DRISS, tél. 0667966468. L’entrée coûte 20 DH y compris le thé et la visite guidée du ksar. Elle a été la première initiative de ce genre prise dans la région et elle présente un caractère plus culturel que sa voisine, car le promoteur est un ethnologue, mais la maison est plus petite.

Oulad Driss Oulad Driss
  • MAISON TRADITIONNELLE - MUSÉE, tel. 0671517482. L’entrée coûte 10 DH y compris le thé.

Oulad Driss, sud du Maroc.

Une fois arrivés à la moderne Mhamid, une piste nous permet de continuer vers le sud et de découvrir les derniers ksour, les plus méridionaux de la région. Parmi eux, il faut mentionner pour leur intérêt architectural celui de Mhamid El Ghizlane (29º 48,450’ N - 5º 44,236’ W) et celui de Talha (29º 48,834’ N - 5º 42,897’ W).

Ksar Mhamid El Ghizlane, sud du Maroc.
Le ksar Mhamid El Ghizlane

Dans ce dernier, les habitants ont relancé l’activité de poterie qui était importante autrefois.

Mhamid, sud du Maroc.
Mosquée de Mhamid El Ghizlane
Talha, sud du Maroc.
Four de potier à Talha

Contact avec l’auteur : E-mail de Roger Mimó.

Copyright Roger Mimó. Version française : Marc Belin.

La route des mille casbahs, 6. La route des mille kasbahs La route des mille kasbahs, 8.

Biographie de Roger Mimó Qu’est-ce qu’une kasbah? Loger dans une ancienne kasbah en terre. Kasbahs en vente au sud du Maroc. Livres de Roger Mimó.
Circuits dans la route des mille kasbahs. Les montagnes du Maroc. Inventaire de kasbahs et ksour. Tinghir et Todra Le voyage d’Ali Bey.