Kasbah Ait Ouzza, Boumalne

Roger Mimó :

En español   En català.

LA ROUTE DES MILLE KASBAHS

Hotel Tomboctou

Roger Mimó, auteur de ce site Web

Roger Mimó

Écrivain spécialisé dans l’architecture traditionnelle en terre crue des vallées présahariennes marocaines, Roger Mimó est né à Sabadell (Espagne) en 1962 et il habite au Maroc depuis 1989.


Roger Mimó à la Télévision Espagnole


Dès l’âge de douze ans, il se passionne pour le journalisme et « publie » un journal dont l’unique exemplaire circulait dans les salles de classe et les cours de l’école Tagore de Bellaterra : El Basurero Marrano.

LIRE EL BASURERO MARRANO

Un an après, à treize ans, El Basurero Marrano ayant fait « faillite », il crée un autre journal, El Mamporro Veraniego, dont un seul numéro paraîtra avant d’être confisqué par un de ses professeurs. Quelques mois plus tard, au début de 1976, il récidive avec El Mamporro Invernal, lui aussi à un seul numéro.

LIRE EL MAMPORRO INVERNAL

Fin 1976, il lance un nouveau (!) journal, Boletín Oficial en Estado, diffusé dans les salles de classe du lycée Arraona. Mais c’est à cette époque que Roger Mimó publia (vraiment) ses premières chroniques, d’abord dans le magazine Bombolla, puis dans le magazine Lletrot, tous deux en catalan.

LIRE LES CHRONIQUES DE MIMÓ DANS CES MAGAZINES

Encouragé par ces premières expériences, en 1981 il fut admis à la faculté des Sciences de l’Information de l’Université Autonome de Barcelone.

Au même moment, il se découvre une nouvelle passion : la haute montagne. Entre 1978 et 1989, il escalade un grand nombre de sommets des Pyrénées et un peu partout en Espagne.

Au mont Nou Creus
Au mont Nou Creus
Roger Mimó au sommet du mont Encantats
Roger Mimó au somet du mont Encantats
Roger Mimó, Maroc.
Roger Mimó au lac d'Ifni

Son intérêt envers le Maroc et l’Afrique en général surgit en 1984 au cours d’une expédition de montagne au Jebel Toubkal, dans le Haut Atlas. De retour chez lui, il savait que son avenir allait être dépendre de ce monde traditionnel, simple et passionnant qu’il venait de découvrir.

VOIR PLUS D’IMAGES DE CETTE EXPÉDITION AU TOUBKAL

Ayant décidé de mieux connaître le continent africain, il entreprend en 1985 avec trois copains un voyage de presque trois mois en Land Rover à travers l’Afrique, en parcourant le Maroc, l’Algérie, le Mali et le Sénégal.

Roger Mimó

VOIR PLUS D’IMAGES
DE CE VOYAGE

Deux années plus tard, il répète l’expérience à bord d’une vieille Jeep Comando qui le mène jusqu’en Côte d’Ivoire et en Guinée Conakry. De ce voyage devait sortir plus tard un de ses livres les plus connus, El largo camino africano, où il ajoutera des anecdotes et des informations tirées d’autres voyages.

Roger Mimó

VOIR PLUS D’IMAGES
DE CE VOYAGE

A l’été 1986, Roger Mimó commence à travailler comme accompagnateur touristique , généralement avec des groupes réduits mais aussi parfois avec des cars de plusieurs agences.

Fin 1987, il réalise avec son ami I’aki Álvarez, qu’il avait connu à Tamanrasset (Algérie) en 1985, une longue randonnée pédestre à travers le Haut Atlas.

I’aki Álvarez et Roger Mimó au Jebel Igoudamen, Maroc.

VOIR PLUS D’IMAGES DE CETTE RANDONNÉE

À partir de ce moment, les voyages au Maroc et dans d’autres pays se succédent à un rythme vertigineux. A la haute saison, il part comme accompagnateur de randonneurs et à la basse saison, il découvre pour son propre compte de nouveaux endroits. Ainsi, au printemps de 1988, toujours avec I’aki Álvarez et d’autres copains, il entreprend un long périple en Yougoslavie, Grèce et Turquie.

Roger Mimó, Turquie.
Roger Mimó aux ruines de Troie

En 1989, il épouse une marocaine, Fatiha Zouhal, et s’installe de façon permanente dans le pays. Il habite à Asilah, sur la côte, près de Tanger, mais il continue d’explorer le Maroc et les montagnes. Ce premier mariage est rompu une année plus tard.

Roger Mimó

En plus de son travail comme accompagnateur touristique en haute saison, il profite de ses voyages pour acheter des produits artisanaux qu’il revend en Espagne pendant les fêtes de Noël.

Pendant un certain temps, il envisage d’ouvrir un hôtel à Asilah mais finalement, il décide qu’il serait beaucoup plus intéressant de le faire au sud du Maroc, où il y a moins d’investisseurs et où les prix sont de ce fait plus accessibles, et les atouts touristiques plus grands. Ainsi, au début de 1992, il se rend à Tinghir, au beau milieu de la route des mille casbahs, et loue un petit hôtel appelé « l’Avenir », qu’il ouvre au public au mois de mars.

Entre temps, même s’il n’a fait aucun effort pour être embauché dans un journal ou un magazine, sa vocation d’écrivain demeure intacte. Il avait d’ailleurs écrit de nombreux textes sur ses voyages et sur le Haut Atlas, qu’il parcourait très souvent. Finalement, en 1993 il réussit à publier son premier livre: un guide de trekking et d’excursions à travers tout le Maroc (voir la rubrique « livres »).

Roger Mimó en Mauritanie.

La même année, il prend part à un long et difficile voyage à travers la Mauritanie et il sera l’un des premiers Espagnols à pénétrer dans ce pays par voie de terre après de longues années de fermeture de la frontière.

VOIR PLUS D’IMAGES DE CE VOYAGE

De retour au Maroc, il décide de quitter l’hôtel « l’Avenir » et d’en ouvrir un autre, plus spacieux et plus beau. C’est alors qu’il découvre les possibilités d’exploitation des anciennes kasbahs.

Il loue la kasbah du Cheikh Bassou Ou Ali, à Tinghir même, et il entreprend des travaux pour la restaurer et la transformer en un hôtel qu’il ouvrira un an plus tard sous le nom d’Hôtel Tomboctou. L’expérience est une réussite mais l’ouverture coïncide avec l’attentat de Marrakech du mois d’août 1994 qui déclencha une crise pénible pour le tourisme au Maroc.

Hôtel Tomboctou de Tinghir, sud du Maroc.

En plus de retarder le démarrage de son hôtel, cette crise empêcha la publication du deuxième livre de Roger Mimó, son éditeur de Barcelone ne lui ayant donné qu’un accord d’édition verbal. Il s’agissait d’un recueil d’itinéraires en voiture 4x4 à travers le Maroc, avec des objectifs culturels. Il ne parvint qu’à publier deux des parcours dans le magazine Rutas.

L’expérience acquise avec la restauration de la casbah de Tinghir pousse Roger Mimó à écrire alors un nouveau livre, Fortalezas de Barro en el sur de Marruecos, publié en 1996. C’est un cri d’alarme pour sauver le patrimoine architectural du Sud du Maroc qui risque de disparaître si personne ne fait rien pour le conserver. De cette période datent les connaissances de Roger et sa passion pour les kasbahs.

Jordi Esteva et Roger Mimó, Tinghir, Maroc.
Avec Jordi Esteva, photographe de Fortalezas de barro

L’apparition de ce livre éveilla un intérêt imprévu dans le grand public et surtout parmi les architectes espagnols. L’auteur fut invité à faire des conférences dans des écoles d’architecture, il fut interviewé par les médias et des circuits spécialisés furent organisés dans la région, au cours desquels il donnait les explications nécessaires.

CONFÈRENCES PRONONCÉES PAR ROGER MIMÓ

Sa thèse, qu’il continue à défendre encore aujourd’hui, est celle d’une symbiose souhaitable entre tourisme et patrimoine architectural : les kasbahs resteront en bon état si on leur donne une nouvelle fonction touristique et, en même temps, ce sont ces kasbahs restaurées qui vont attirer les touristes vers une région qui en a besoin du point de vue économique.

Roger Mimó

Par chance, la publication de Fortalezas de barro coïncida avec l’arrivée à la direction du CERKAS (Centre de Restauration et de Réhabilitation des zones atlasiques et Sub-atlasiques) de Faissal Cherradi, architecte marocain formé à Grenade et très intéressé par la problématique de l’architectonique et des bâtiments construits en terre. De leur collaboration naquirent de nombreuses manifestations, par exemple plusieurs ateliers d’été avec des étudiants de l’Université Polytechnique de Catalogne (Espagne), d’où sortirent l’Inventaire du patrimoine architectural de la vallée du Todra et l’exposition itinérante appelée Maroc présaharien.

Quelques années plus tard l’Université Polytechnique de Valence (Espagne) prit l’initiative de faire avec le CERKAS l’inventaire Architecture à Skoura.

En 1999 paraît le troisième livre de Roger Mimó, La guía de Marruecos y Mauritania, fruit de nombreuses années de recherches et de collecte d’informations sur le terrain. Conséquence de ce travail, la maison d’éditions Grupo Anaya lui commande alors l’élaboration du guide Guía viva de Marruecos, qu’il réalisa avec Josep Maria Escofet.

La même année, il organise une exposition itinérante sur L’habitation traditionnelle dans la vallée du Todra, avec ses photos et d’étonnantes maquettes en terre cuite faites par un artiste local, El Housseine n’Ait El Habib.

Tinghir, Maroc.

VOIR CETTE EXPOSITION

Grâce à la collaboration de l’Institut Cervantes, l’exposition est présentée à Rabat, Casablanca, Tétouan et Tanger avant de gagner l’Espagne et la France, à Canet en Roussillon. Pour accompagner l’exposition, Roger Mimó écrit et publie un catalogue sous le même nom (voir la rubrique « livres »).

Mariage de Roger Mimó avec Halima Laaroussi.

En 2000, il se marie avec Halima Laaroussi, son épouse actuelle.

Faute de temps pour mener à bien ses nombreuses activités et ses fréquents voyages, il décide de chercher un partenaire pour gérer à sa place l’hôtel Tomboctou. Il constitue ainsi en 2001 une société avec le Suisse Edi Kunz, nommé gérant de l’établissement. Une fois libéré de cette charge, Roger Mimó peut à nouveau s’établir à Asilah avec son épouse, qui en était originaire.

À la même époque paraît enfin son livre El largo camino africano, qu’il avait écrit et réécrit plusieurs fois au cours des dix dernières années et qui avait été finaliste au concours Grandes Viajeros.

Peu après, Roger Mimó constitue une deuxième société avec Joan Castellana et Ahmed Ben Amar en vue de créer un nouvel hôtel, cette fois à Tinejdad. Il s’agissait de restaurer quelques maisons anciennes à l’intérieur du ksar El Khorbat, ce qui constituerait en outre une expérience pilote dans la région. Finalement, en plus des chambres prévues et d’un restaurant, un musée est également créé, dont Roger Mimó devient le responsable direct : le Musée des Oasis.

Ksar El Khorbat, Maroc. Pour tout renseignement sur ce projet : www.elkhorbat.com

En 2002, son guide de la Tunisie est publié, deuxième titre de la collection, une commande réalisée avec Josep Maria Escofet, ainsi que son premier roman : Mimcina, la terra llegendària. Écrite en catalan, l’histoire se passe dans la vallée du Drâa. Roger Mimó avait aussi écrit un autre roman en espagnol, Farida, mais jusqu’à présent il n’a pu trouver un éditeur.

En décembre de la même année, il est invité par l’Institut Cervantes de Tunis à présenter son guide du pays et à accompagner cet événement d’une deuxième exposition de ses photos et des maquettes d’El Housseine n’Ait El Habib, cette fois avec les ksour de Tataouine comme sujet.

VOIR QUELQUES PHOTOS DE CETTE EXPOSITION

De Tunis, il entreprend alors un long voyage vers l’Orient qui se prolongea jusqu’au printemps 2003, où il mit ses pas dans ceux du grand voyageur catalan du XIXe siècle, Ali Bey. Ce parcours lui permit, entre autres choses, de rédiger un troisième guide de la même collection : celui de l’Egypte.

Roger Mimó en Egypte.

VOIR D’AUTRES PHOTOS DE CE VOYAGE

En 2003, paraît aussi un nouveau guide de montagne appelé Grandes destinos : Marruecos, fait en collaboration avec Josep Maria Escofet et Xavier Barreda.

En 2005, à la demande du Ministère de la Culture marocain, Roger Mimó organise à Marrakech une exposition avec ses propres documents sur l’art rupestre au Maroc. Elle part ensuite aux îles Canaries et en 2021 elle est présentée à l'École Nationale d'Architecture de Rabat.

VOIR LES PHOTOS EXPOSÉES

Les connaissances acquises sur l’histoire d’El Khorbat pendant les mois qu’il y séjourna pour diriger la restauration des maisons anciennes lui permirent d’écrire un roman historique en catalan, Al bell mig de l’oasi. Très bien documenté, il parle des faits qui eurent lieu au début du XXe siècle, avant l’implantation du protectorat français, quand El Khorbat était la capitale politique de la tribu guerrière des Ait Merghad. Ce roman peut être téléchargé gratuitement en format PDF.

Roger Mimó, La Meque.

En 2006, Roger Mimó et son épouse Halima font le pèlerinage de La Mecque.

Cette même année, un quatrième titre de la collection Guía Viva écrit par Mimó fut publié : Tánger, Tetouan, Chefchaouen y el Norte de Marruecos. Le Guía Viva du Maroc fut aussi complètement renouvelé par les auteurs.

Roger Mimó

En 2007, Roger Mimó réalise ce site Web et un catalogue du Musée des Oasis d’El Khorbat. Il écrit aussi un guide de la Syrie pour la collection Guía Viva d’Anaya.

Carte La Route des Mille Casbahs.

En 2008 il prépare une carte culturelle de la Route des Mille Casbahs pour l’éditeur Piolet.

Il renouvelle aussi le Guía Viva de l’Egypte, le Guía Total du même pays et le Guía Viva du Maroc et il écrit pour les éditions Anaya le Guiarama du Maroc. Finalement il collabore au tournage d’un documentaire de la chaîne marocaine 2M sur le patrimoine architectural du Sud du Maroc.

Tournage de 2M dans la kasbah de Taourirt, Ouarzazate.

En 2009, il écrit deux nouveaux titres pour la collection Guiarama : la Tunisie et l’Egypte. En 2010, il collabore avec Josep Maria Escofet à l’élaboration d’une carte de l’Ighil Mgoun publiée par Piolet. Il crée un nouveau site Web sur la vallée du Todra et travaille à un livre sur Ali Bey, publié par Almed en 2012. Il participe aussi à un atelier de l’Université de Malaga (Espagne) mis en place dans la vallée du Mgoun. Il publie son deuxième roman sous le titre Veintidós peldaños. Memorias de un terrorista islamista.

Veintidós peldaños, roman de Roger Mimó. Los Viajes de Alí Bey

Lire le premier chapitre de Veintidós peldaños

Acheter Veintidós peldaños.

En avril 2012, Roger Mimó reprend la gérance de l’Hôtel Tomboctou de Tinghir. Depuis lors, il partage son temps entre son travail d’hôtelier et la préparation d’un nouveau livre sur l’architecture traditionnelle du Sud du Maroc — en collaboration avec Vicent Soriano, Faissal Cherradi, José Manuel López Osorio et avec le photographe Xosé Garrido — ainsi qu’une nouvelle édition de la Descripción de África de Luis del Mármol Carvajal, de 1572. Ces livres devraient être publiés aussi par les Editions Almed. Entretemps, en 2016, Roger élabora un topoguide de la vallée de l’Assif Melloul sur commande de l’association Aghbalou d’Agoudal.

Appartements à louer à Tinghir.

Ayant construit un parking souterrain pour l’hôtel Tomboctou, une dizaine d’appartements furent bâtis dessus en 2020. Ces appartements non meublés sont à louer.

Voir les appartements.


Contact avec l’auteur : E-mail de Roger Mimó.

© Roger Mimó. Version française : Marc Belin.


La route des mille kasbahs, au sud du Maroc. Kasbah Loger dans une ancienne kasbah en terre. Kasbahs en vente au sud du Maroc. Livres.
Circuits dans la route des mille kasbahs. Les montagnes du Maroc. Inventaire de kasbahs et ksour. Tinghir et Todra Ali Bey.