Kasbah Ait Ouzza, Boumalne

Roger Mimó :

En español   En català.

LA ROUTE DES MILLE KASBAHS

Hotel Tomboctou

Le voyage d’Ali Bey

Soutenir que le prétendu prince abbasside Ali Bey était en réalité un espion catalan est seulement une demi-vérité, en plus d’un topique. De catalan, Domingo Badía Leblich avait le fait d’être né à Barcelone, de père aragonais et mère belge, et d’avoir passé dans cette ville sa tout première enfance, avant d’entreprendre une vie itinérante par l’Andalousie, Madrid, le Maroc, l’Orient, Bayonne, Ségovie, Cordoue, Paris et d’autres endroits. Pour ce qui fait à l’espionnage, il constitua sans doute un de ses nombreux métiers, avec d’autres si dissemblables comme fonctionnaire, bibliothécaire, scientifique, écrivant, désignateur et géographe.

Entre 2002 et 2012, Roger Mimó a parcouru presque tous les pays et localités où était passé Ali Bey deux siècles auparavant, en essayant de reconnaître les lieux décrits, en identifiant avec précision son itinéraire -qui avait resté confus jusqu’à ce moment- et en démasquant les nombreux topiques qui avaient été créés autour de ce singulier personnage.

Qelat Daba, Jordanie.
Roger Mimó près de la tombe d’Ali Bey à Qelat Daba

Fruit de sa longue et détaillée recherche, Roger Mimó a réalisé une nouvelle édition des Voyages d’Ali Bey, avec de nombreuses notes à propos des places par où il passait. Cette édition, accompagnée des dessins originaux et de photos actuelles des endroits visités par le voyageur, a été publiée en espagnol par la maison d’éditions Almed en 2012, en trois volumes. PVP: 45 Euros. La version française est en préparation.

Los Viajes de Ali Bey

Lire le prologue aux Voyages d’Ali Bey en français.

Tanger
Tanger

« La ville de Tanger, du côté de la mer, présente un aspect très régulier. Sa situation en amphithéâtre ; les maisons blanchies ; celles des consuls, d’une fabrique régulière ; les murs qui entourent la ville ; la casbah ou château, bâti sur une hauteur, et la baie, qui est assez grande et entourée de collines, forment un ensemble assez beau ».

Murailles de Tanger.
Murailles de Tanger

« Les murailles qui entourent la ville se trouvent dans un état absolu de ruine. Elles ont des tours rondes et des tours carrées ».

Tanger.
Cimetière de Tanger

Tanger.
Le cimetière de Tanger désigné par Ali Bey

Batterie Dar El Baroud.
Batterie Dar El Baroud

« Sur la droite de la porte de la mer sont deux batteries ; l’une basse, de quinze pièces de canon, et l’autre, plus élevée, d’onze ».

Musettes.
Musettes

« Derrière ce groupe vient une musique composée de deux musettes qui jouent à l’unisson, et qui n’en sont pas moins discordantes, et de deux ou plusieurs tambours d’un son rauque ».

Casbah de Tanger.
Casbah de Tanger

« Je montai à la casbah, marchant à la tête des hommes et des domestiques qui portaient le présent. Le caïd m’attendait à la porte et me fit beaucoup de compliments ».

Tanger.
Mosquée de la Casbah

« Nous entrâmes ensuite dans une mosquée qui est à côté, pour faire la prière de l’après-midi, à laquelle assista aussi le sultan ».

Batterie Naama de Tanger.
Batterie Naama

« Le sultan piqua son mulet et se rendit dans une batterie placée à deux cents pas de distance ».

Oued Sebou.
Oued Sebou.

« à une heure et demie après midi j’arrivai sur la droite de la rivière Sebou ; nous la passâmes dans une barque pour aller camper sur la rive gauche ».

Meknes.
Médina de Meknès.

« En montant une hauteur, je me trouvais sur Meknès, que nous dominions parfaitement à un kilomètre et demi de distance environ par l’air ».

Sidi Aissa, Meknes.
Zaouïa de Sidi Aissa, Meknès.

« Étant enfin descendus, l’on passa la rivière de Meknès et, montant un petit coteau, j’entrai à deux heures et demie du soir dans une chapelle qui est tout près de la porte de la ville ».

Fes.
Médina de Fès

« La ville de Fès est située sur le penchant de différentes collines qui l’entourent de tous côtés, à l’exception de la partie nord et nord-est ».

Fes.
Rue de la médina de Fès.

« Les rues sont très obscures parce que non seulement elles sont étroites, au point qu’il est presque impossible à deux hommes à cheval de pouvoir y marcher de front, mais encore parce que les maisons, qui en sont très hautes, ont au premier étage une saillie ou une projection qui ôte beaucoup de lumière ».

Al Karaouine, Fes.
Mosquée Al Karaouine.

« La principale mosquée est appelée Al-Karaouiine ; on y compte plus de trois cents piliers, mais la construction en est lourde et mesquine ».

Al Karaouine, Fes.
Mosquée Al Karaouine.

« Elle a un grand nombre de portes et deux belles fontaines dans la cour ; le minaret est petit et sans apparence ».

Moulay Idriss, Fes.
Moulay Idriss.

« La partie couverte de Moulay Idriss est un grand salon carré, sans arcs ni piliers. La toiture en est très haute ; elle est en bois et ornée d’arabesques ; elle forme une pyramide octogone, appuyée seulement sur les quatre murailles du salon ».

Minaret de Moulay Idriss, Fes.
Minaret de Moulay Idriss

« La tour de Moulay Idriss, ou le minaret, est la plus haute et la plus belle qu’il y ait à Fès ».

Jardins Bou Jelloud, Fes.
Jardins de Bou Jelloud

« Le sultan a son jardin auprès du palais ; ce n’est qu’un simple potager avec quelques arbres et quelques édifices d’ornement. On appelle ce jardin Bou Jeloud ».

Fes.
Boutiques de la médina de Fès

« La quantité de boutiques est si grande qu’elle présente l’apparence d’une population de trois ou quatre cent mille habitants ».

Borj Nord, Fes.
Murailles et Borj Nord

« Sur deux des hauteurs qui sont à l’est et à l’ouest de la ville, on voit deux châteaux forts très vieux ; ils consistent en un simple carré de murailles de quelques vingt mètres de face. On y place des canons, avec cent hommes de garde,toutes les fois que le peuple se révolte contre le sultan ».

Sidi Kacem.
Zaouïa de Sidi Kacem.

« J’établis mon camp auprès de quelques chapelles où sont les sépulcres des saints, auxquels j’envoyai des aumônes. Un marché a lieu tous les jeudis dans cet endroit (...). Dès le matin, il arriva beaucoup de monde à ce marché, qu’on appelle Sidi Kacem, du nom de la principale chapelle ».

Bois de la Mamora.
Bois de la Mamora.

« Je traversai à une heure après midi, d’abord un bois de lentisques, puis un autre d’yeuses et d’amandiers sauvages, qui étaient en fleurs ».

Oued Bou Regreg, Rabat.
Oued Bou Regreg

« Le passage de la rivière nous retint pendant une heure et demie, parce qu’il fallait le temps de décharger et de recharger les mules ».

Casbah des Oudayas, Rabat.
Casbah des Oudayas, Rabat

« Comme la ville est bâtie sur une hauteur, les rues ont des montées et des descentes, ce qui les rend fort incommodes ».

La Chellah, Rabat.
La Chellah

« La Chellah est entourée de très hauts murs et l’entrée en est défendue aux chrétiens. Elle contient les sépulcres de quelques saints ».

Roches entre Rabat et Casablanca.
Roches entre Rabat et Casablanca.

« Auprès de mon camp étaient deux grands rochers, très remarquables, terminés en pointes aiguës perpendiculaires, formés de couches obliques inégales ».

Casbah Mansouria.
Casbah Mansouria.

« Mansouria et Fedala offrent toutes deux un carré formé de hauts murs avec des tours. Chacun de ces carrés peut avoir cent trente mètres de front de chaque côté ».

Casbah Fedala, Mohamedia.
Casbah Fedala, Mohamedia.

« Dans l’intérieur de chaque carré il y a une mosquée et quelques maisons assez peuplées, en raison de l’espace ».

Casablanca.
Médina de Casablanca.

« Al Dar Al Beida est un petit village renfermé dans une très grande enceinte de murailles. Il est fort pauvre et son port très petit ».

Azemmour.
L’oued Oum Er Rabia à Azemmour.

« Aussi nous fallut-il cinq heures pour traverser la rivière avec mes équipages. Sur la rive gauche est la ville d’Azemmour, auprès de laquelle je fis camper ».

Azemmour
Muraille d’Azemmour.

« La grande mosquée me parut jolie. La ville n’est pas laide ; elle est fortifiée par des murailles et par des fossés. Un grand marché s’y tient tous les vendredis, dans une place affectée à cet usage ».

Jebel Lakhdar
Jebel Lakhdar

« À sept heures et demie du matin, les tentes étant levées, je dirigeai la route au sud, vers la haute montagne que j’avais aperçue la veille ».

Marrakech, pont almohade.
Pont almohade à Marrakech.

« À dix heures j’étais dans la plaine dite de Marrakech et à midi moins un quart j’arrivai à un pont très long, sur lequel nous passâmes la rivière Tensift ».

Bab Doukala, Marrakech.
Bab Doukala, Marrakech

« On compte neuf portes d’ entrée à Marrakech. Les murailles qui entourent la ville sont assez épaisses, très hautes et garnies de tours en dehors ».

Koutoubia, Marrakech.
Mosquée Koutoubia.

« La mosquée Koutoubia se trouve isolée au milieu d’un grand espace découvert. Elle est d’une architecture élégante et sa tour, qui est très haute, a beaucoup d’analogie avec celle de Salé ».

Ben Youssef, Marrakech.
Mosquée Ben Youssef.

« La mosquée de Ben Youssef fut construite il y a six cent cinquante-deux ans. Elle est très grande, mais elle présente un assemblage bizarre d’architecture ancienne et moderne, parce que la plus grande partie en a été reconstruite ».

Mohcine, Marrakech.
Mosquée Mohcine

« La mosquée Mohcine, qui a trois cents ans de construction, est auprès de ma maison. Elle est vraiment magnifique ».

Sidi Bel Abbes, Marrakech.
Zaouïa de Sidi Bel Abbes.

« Auprès du salon ou mosquée de Sidi Bel Abbes sont plusieurs cours avec arcades et des chambres destinées à loger les pauvres, les estropiés, les invalides ou les vieillards. Dix-huit cents malhereux des deux sexes sont actuellement nourris dans cet établissement par le produit des aumônes et des fonds de la mosquée ».

Ruines du palais El Badi, Marrakech.
Construction en pisé à Marrakech.

« Plusieurs maisons sont construites en pierre, mais le plus grand nombre le sont en mortier, composé avec de la terre, du sable et de la chaux, qu’on bat entre deux planches appliquées aux deux surfaces du mur, ce qu’on appelle tabbi ».

Mellah de Marrakech.
Le Mellah de Marrakech.

« La juiverie ou le quartier des Juifs, qui a aussi son enceinte particulière de près de trois kilomètres de tour, est placée entre l’enceinte du palais et la ville. Ce quartier est à demi ruiné, comme les autres. On y trouve seulement un marché bien approvisionné ».

Palmeraie de Marrakech.
La palmeraie de Marrakech.

« Le végétal le plus commun aux environs de Marrakech est le palmier dattier. Ces arbres s’élèvent à une hauteur prodigieuse, mais leurs fruits ne sont pas si bons que ceux de Tafilalet et ne peuvent pas même se conserver secs toute l’année ».

Essaouira.
Médina d’Essaouira

« La ville d’Essaouira, qu’on trouve sur les cartes avec le nom de Mogador, a été bâtie par le sultan Sidi Mohamed, père du sultan actuel. Elle est d’une forme régulière. Ses édifices, qui sont assez élevés, présentent un assez bon aspect pour une ville africaine ».

Essaouira.
Marché d’Essaouira

« Le grand marché, qui est entouré d’arcades, est beau ».

Essaouira.
Murailles d’Essaouira.

« La ville est entourée de murailles et défendue par quelques pièces de canon du côté de terre, qui la garantissent des incursions des Arabes ».

Skala de la kasbah, Essaouira.
Skala de la kasbah.

« On a établi du côté de la mer une batterie très élevée qui bat de face ; il est à regretter que les embrasures soient disposées de manière que les canons ont peu de jeu, et que le service ne peut s’en faire que difficilement ».

Essaouira.
Skala du port.

« On trouve encore à l’embouchure de ce port une batterie beaucoup moins élevée que l’autre ».

Ancien vice-consulat espagnol, Essaouira.
Ancien vice-consulat de l’Espagne.

« Il se trouve à Essaouira des vice-consuls et des négociants de diverses nations de l’Europe. Ils forment une sorte de colonie, qui est encore augmentée par les négociants juifs du pays ».

Palais de Sidi Mohamed Ben Abdellah, Essaouira.
Palais de Sidi Mohamed Ben Abdellah.

« Nous avons ensuite été dans un palais que le sultan Sidi Mohamed avait fait construire dans la plaine de sable ».

Inaouen.
Barrage de l’Inaouen.

« À deux heures après midi je campai sur le bord de la rivière Inaouen, qui est peu considérable et qui va vers l’ouest ».

Taza.
Médina de Taza.

« La ville est entourée de vieilles murailles et la tour de la mosquée s’élance au-dessus comme un obélisque. Le rocher est escarpé en certains endroits et couvert de beaux vergers dans d’autres ».

Kasbah de Msoun.
Casbah de Msoun.

« Je fis dresser les tentes dans l’intérieur d’une antique casbah ou château, appelée Msoun ».

Moulouya.
Rivière Moulouya

« La rivière Moulouya est profonde, mais à l’endroit où nous la traversâmes elle s’étend davantage et l’on y trouve un bon gué ».

Kasbah de Merada.
Casbah de Merada

« Après avoir traversé la rivière Moulouya, j’aperçus les ruines d’une casbah ».

Za.
La rivière Za

« La rivière Za, qui n’est pas considérable, est encore diminuée par plusieurs canaux d’arrosage ».

Kasbah de Taourirt.
Casbah de Taourirt.

« Je passai ensuite à côté d’une très grande casbah ruinée, auprès de laquelle étaient plusieurs douars et, après avoir passé la rivière Za, on campa sur son bord ».

Maroc oriental.
Région de Taourirt.

« Le terrain présenta d’abord une continuation de la même plaine argileuse déserte que j’avais remarquée la veille ».

Kasbah Ayoun.
Casbah d’Ayoun.

« À trois heures et demie les tentes furent dressées à côté d’une casbah et d’un douar nommé El Âyoun Sidi Melouk ».

Kasbah Oujda.
Casbah d’Oujda.

« Les maisons d’Oujda sont si sales et si remplies d’insectes que je préférai rester campé sous la tente dans la casbah, qui est assez grande et située à côté du village. Je passai une partie de mon temps dans un joli petit jardin attenant ».

Source de Sidi Yahia, Oujda.
Source de Sidi Yahia.

« Une source assez abondante, qui jaillit à trois kilomètres d’ Oujda, donne une eau très bonne ; elle arrose les jardins ou vergers qui entourent le village ».

Casbah de Berguem.
Casbah de Berguem.

« Après avoir marché fort vite toute la nuit et gravi des montagnes, j’arrivai à six heures du matin vers les ruines d’une grande casbah ».

Mestagmer
Mestagmer.

« À sept heures du soir nous fîmes halte auprès d’un douar et d’un ruisseau, après une marche forcée de vingt-deux heures consécutives, sans un moment de relâche «.

Dar Cheikh Chaoui
Ruines de Dar Cheikh Chaoui.

« De l’autre côté on voyait une seule maison, qui était la demeure du cheikh Chaoui ou chef de la province ».

Oued el Hadar
Oued el Hadar.

« Après avoir passé la rivière de Taza et fait plusieurs détours entre les montagnes, nous traversâmes d’autres rivières ».

Tissa
Tissa.

« À peu de distance de mon camp il y avait de riches salines. De là on découvrait une série de six ou sept monts isolés en forme de pains de sucre. Leur couleur rouge me fit conjecturer qu’ils sont entièrement métalliques ».

Oued Ouerha
Oued Ouerha.

« Après avoir traversé la rivière Ouergha, qui est assez grande et qui va vers l’ouest, nous côtoyâmes sa rive droite dans la même direction ».

Jebel Kourt
Jebel Kourt.

« Au milieu des plaines est une grande montagne rouge, absolument isolée ».

Larache
Larache

« Larache est une petite ville d’à peu près quatre cents maisons, située sur le revers septentrional d’une colline rapide, d’où les maisons s’étendent jusque sur le bord de la rivière, dont l’embouchure est un havre pour les grands navires ».

Souk Seghir, Larache.
Souk Seghir, Larache.

« On y trouve un grand marché, entouré d’arcades, soutenues par des petites colonnes en pierre. C’est encore le plus beau que j’aie vu dans le pays. Il a été construit par les Chrétiens, ainsi que les principales fortifications ».

Borj Saadi, Larache.
Borj Saadi, Larache.

« À l’extrémité de la ville, sur l’embouchure de la rivière, il y a un château qu’on me dit avoir été construit par Moulay Yazid ».

Bastion, Larache
Bastion à Larache

« La casbah ou château qui est du côté de terre au sud de la ville est un petit carré de bastions à orillons, entouré de fossés ઻.

Marabout de Lala Menana, Larache
Marabout de Lalla Menana, Larache.

« À cent vingt mètres à l’est sud-est du château carré est une chapelle ou sanctuaire d’une sainte femme, patronne de la ville, appelée Lalla Menana ».

Le cap Bon et Zembra
Le cap Bon et l’île de Zembra.

« Ayant reconnu le cap Bon, qui fut doublé avant midi, le capitaine prit la direction du sud sud-est ».

Methoni
Methoni, Grèce.

« Sur un îlot, à quelques mètres de la ville, est un château ou tour octogone, composé de trois corps d’étages les uns sur les autres ; l’étage inférieur est garni d’artillerie. Le capitaine du port habite dans cette tour. Pour passer de la terre à l’îlot on a construit une chaussée ou môle ».

Porte de Kyrenia, Nicosie
Porte de Kyrenia, Nicosie.

« La ville de Nicosie a trois portes, qu’on nomme de Paphos, de Kyrenia et de Famagouste ».

Nicosie
Grande mosquée de Nicosie.

« L’ancienne cathédrale d’Agia Sofia, superbe bâtiment gothique, est à présent une grande mosquée des Turcs, qui en ont revêtu les colonnes d’une grosse couche de chaux, en sorte qu’elles ressemblent à des cylindres monstrueux. Ils y ont ajouté deux tours ou minarets, bien faits mais incohérents avec la construction primitive ».

Port de Paphos avec son fort
Port de Paphos avec son fort.

« Le port est petit et encombré de sable, au point que les bateaux les plus petits peuvent seuls y entrer. Sur une pointe de rocher, au sud-ouest, est un château fort bâti par les Turcs ».

Quarante Colonnes, Paphos
Quarante Colonnes, Paphos.

« Au-dessus de cette colline, les débris d’un grand nombre de colonnes attestent l’antique existence d’un magnifique monument ; elles sont en marbre gris noirâtre et parfaitement poli ».

Alexandrie
Alexandrie.

« Cette ville magnifique, ouvrage du grand Alexandre, capitale opulente des Ptolémées, séjour délicieux de Cléopâtre, n’est plus que l’ombre de sa grandeur passée ».

Fort de Qaitbey.
Fort de Qaitbey.

« À l’extrémité orientale de l’île, où était jadis le phare, est une forteresse ou une tour de construction arabe qui présente un assez bon aspect ».

Alexandrie.
La colonne de Pompée
Alexandrie.
La colonne de Pompée dessinée par Ali Bey
Alexandrie.

Les catacombes évoquées par Ali Bey


« L’entrée de ces grottes est tellement obstruée qu’on ne peut y entrer que par un trou, en se traînant, l’espace de quelques mètres, à plat ventre, sans autre clarté que celle des flambeaux qu’on porte avec soi ».

Le Nile.
Le Nil

« Quel admirable tableau ! Un fleuve majestueux dont les eaux coulent lentement entre deux bords couverts de palmiers, d’arbres de toute espèce, de grandes plantations de riz ».

Rashid.
Rashid

« La ville de Rosette, que les habitants nomment Rashid, est située au bord de l’eau, sur la gauche du Nil. Elle est peu large mais très longue ».

Colombier.
Colombier dans le delta du Nil.

« L’aspect de ce lieu est extrêmement singulier : qu’on se figure un groupe de cent cinquante coupoles paraboliques de six mètres à six et demi de hauteur, dont la base peut en avoir de trois à trois et demi de diamètre, construites en terre et en briques noires, et un grand minaret qui s’élève au milieu. Ces coupoles servent de colombiers et, comme elles sont plus grandes que les misérables maisons qui leur servent de base, on pourrait dire que c’est une peuplade de pigeons où habitent quelques êtres de l’espèce humaine ».

Le Caire.
Le Caire avec son port de Boulak.

« Six heures après nous mouillâmes heureusement à Boulaq, qui est le port du Caire ».

Le Caire.
Le Caire islamique.

« Le Caire renferme quelques mosquées, dont la plupart ne valent pas la peine d’être visitées ».

Le Caire.
Le Caire.

« Loin que les rues du Caire offrent une apparence de tristesse, le grand nombre de boutiques et d’ateliers, joint à la multitude innombrable de peuple qui y circule, fait varier les tableaux à chaque instant et je les trouve aussi gaies et agréables que celles des grandes villes d’Europe ».

Le Caire.
Mosquée Al Azahar, Le Caire

« La grande mosquée Al Azhar est superbe par l’étendue de l’édifice mais non par la magnificence de la construction et le luxe des ornements ».

Le Caire.
Mausolée du sultan Qalaun.

« La mosquée du sultan Qalaun n’est pas sans mérite, mais la chapelle séparée où se trouve le sépulcre de ce prince est plus belle encore. Cette chapelle est terminée par une coupole soutenue par de superbes colonnes ».
Le Caire
Mosquée El Hussein, Le Caire

« Celle où la dévotion attire le plus de monde se nomme El Hassanein ; on y révère les restes d’un petit-fils du Prophète ».

Le Caire.
Mosquée du sultan Hassan, Le Caire.

« La mosquée du sultan Hassan, située auprès de la citadelle, est remarquable par la hardiesse de sa construction, par sa hauteur et par une belle nef, à la manière de quelques églises d’Europe ».

Pyramides de Gizeh.
Pyramides de Gizeh.

« Quoique les pyramides de Gizeh fussent alors entourées d’Arabes révoltés et qu’il y eut du danger à s’en approcher, je voulus essayer néanmoins de voir ces colosses élevés par la main des hommes ».

Egypte.
Nilomètre sur l’île de Roda.

« À l’extrémité sud et dans une espèce de cour profonde qui comunique avec les eaux du fleuve, se trouve le fameux mikias, colonne établie pour mesurer journellement la hauteur des eaux du Nil à l’époque de l’inondation ».

Le Caire.
Église de Mari Girgis (Saint George).

« Il y a dans ce monastère une chapelle dédiée à saint George, qui est en grande vénération dans le pays ».

Pyramides de Sakkara.
Pyramide à degrés de Saqqara.

« De là on aperçoit les pyramides de Saqqara, qui paraissent rivaliser en hauteur avec celles de Gizeh et dont une est construite en grands échelons ».

Canal de Suez.
Embouchure du canal de Suez.

« Le véritable port de Suez est à trois kilomètres de distance vers le sud, sur la côte d’Afrique ; il est accessible aux grandes frégates ».

Djeddah.
Bâtiment à Djeddah.

« Djeddah est une jolie ville, dont les rues sont régulières et les maisons agréables, à deux et trois étages, entièrement construites en pierres mais d’une manière peu solide. Elles ont toutes un très grand nombre de grandes croisées et les toits en plate-forme ».

Jeddah.
Porte de la muraille de Djeddah.

« La ville est entourée d’un joli mur, avec des tours irrégulières ».

Arabie Saoudite.
Chemin entre Djeddah et La Mecque.

« Le terrain offrait bien quelques plantes, mais sans fleur ni fruit. Ce n’est qu’un vallon de sable dans la direction du levant au couchant, renfermé par des montagnes de porphyre d’un rouge plus ou moins foncé ».

La Mecque.
La Mecque.

« La ville, qui suit les sinuosités du vallon, a une forme entièrement irrégulière et les maisons bâties sur la surface du vallon, et même sur une partie du penchant des montagnes des deux côtés, ajoutent à l’irrégularité ».

La Mecque.
La partie du temple qui couvre actuellement la colline de Marua.
La Mecque
La colline de Marua d’après Ali Bey.
La Mecque.
La Kaaba.
La Mecque
La Kaaba dessinée par Ali Bey.
Jebel Nour.
Le Jebel Nour.
Jebel Nour.
Le Jebel Nour dessiné par Ali Bey.
Arafat et Jebel Rahma.
Plaine d’Arafat et Jebel Rahma.
Arafat.
La plaine d’Arafat dessinée par Ali Bey.
Ras Abou Mohamed, Sinai.
Ras Abou Mohamed.

« À neuf heures du matin, la flotte était en face du cap Ras Abou Mohammed, qui sépare le Bahar al Aqaba du Bahar es Suez ou bras de mer qui va à Suez ».

Bab al Futuh.
La porte de Bab al Futuh au Caire

Bab al Futuh.
Bab al Futuh dessinée par Ali Bey

Le Mont des Oliviers.
Vue de Jérusalem

« Du Mont des Oliviers, situé au levant de Jérusalem, on découvre la ville presque à vue d’oiseau, de manière à pouvoir en compter les maisons ».

Sidi Abdelkader.
La zaouïa de Sidi Abdelkader

« On me donna pour logement la mosquée d’un saint nommé Sidi Abdelkader, située à côté du Haram ou temple musulman ».

Al-Aqsa.
Portique de la mosquée Al-Aqsa

« Le corps principal de la mosquée Al-Aqsa se trouve précédé d’un portique de sept arcades de front sur une de profondeur, soutenues par des piliers carrés. L’arc central, qui répond à l’axe de l’édifice, a pareillement des colonnes incrustées et adhérentes aux piliers ».

Le dome du Rocher.
Le Dôme du Rocher

« Du centre de l’édifice s’élève une superbe coupole sphérique avec deux rangs de grandes fenêtres qui donnent sur le dehors et soutenue par quatre gros piliers et douze colonnes magnifiques placées en cercle ».

Tombeau de Marie.
Descente au tombeau de Marie

« Presque au fond du torrent de Cédron, il faut descendre dans une grotte par un bel escalier, à la moitié duquel on trouve, sur la droite, les sépulcres de Joachim et d’Anne, et dans une autre cavité à gauche, celui de Joseph, époux de Marie ».

Le mont Carmel.
Mont Carmel vu d’Acre

Le Mont Carmel.
Mont Carmel dessiné par Ali Bey d’Acre

Acre.
Mosquée d’Al Jezzar

« La mosquée d’Al Jezzar est revêtue de marbres et d’arabesques. Les colonnes sont en marbres les plus rares et les plus précieux, mais il n’y a point de grandiose, rien qui réponde à la majesté d’un temple qui n’est consacré ni à Vénus ni à Pomone ni à Flore. Dans le jardin de la cour, de jeunes gazelles folâtrent et sautent ça et là en toute liberté ».

Nazareth
Grotte de l’Annonciation à Nazareth

« Au milieu de l’église, dont la forme est pittoresque et très jolie, un large et superbe escalier en marbre descend dans la grotte où se réalisa le grand mystère de l’incarnation ».

Nazareth.
Le mont Précipice à Nazareth

Nazareth.
Le mont Précipice d’après Ali Bey

Nebi Yusuf.
Le puits de Nebi Yusuf

« À l’ouest du khan de Nebi Yusuf sont les ruines d’une ancienne citerne, où la tradition rapporte que les fils de Jacob déposèrent leur frère Joseph avant de le vendre aux marchands qui devaient l’emmener en Égypte ».

Quneitra.
Ruines de Quneitra

« À neuf heures un quart je fis halte pour déjeuner dans un khan à demi ruiné, appelé Quneitra, où l’on trouve de l’eau fort bonne ».

Mont Hermon.
Terrain volcanique au pied du mont Hermon

« Les Champs Phlégréens et tout ce qui peut donner une idée de la destruction volcanique ne sont qu’une bien faible image du pays affreux que je traversai ce jour-là. Depuis le pont de Jacob jusqu’à Sassa, le terrain n’est composé que de laves, de basaltes et d’autres productions volcaniques ; tout est noir, poreux ou carié ; on croit voyager dans une région infernale ».

Syrie.
Coupoles dans les maisons rurales en Syrie

« Une infinité de coupoles servent de toiture à presque toutes les chambres des maisons dans les faubourgs extérieurs de la ville ».

Damas.
Damas

« Je suis persuadé que la population de la ville, y compris celle des faubourgs et des jardins, s’élève à environ deux cent mille habitants «.

Damas.
Souk de Damas.

« La vente des comestibles, comme celle des marchandises, se fait dans les boutiques placées sur les deux côtés des rues. Ces marchés, qu’on appelle bazar ou souk, sont abondamment fournis ; quelques magasins présentent des assortiments considérables d’objets de commerce. Quelle différence avec la pauvreté et la petitesse des boutiques du Caire, de Fès et d’autres lieux, où le négociant semble étaler à regret les objets dont il veut se défaire ! «

Damas.
Cour de la mosquée des Omeyyades, Damas.

« Dans l’intérieur de la mosquée on trouve une grande cour entourée de galeries et d’arcs reposant sur des colonnes et des piliers carrés. Au milieu de la cour est une autre fontaine, avec un berceau de chaque côté ».

Damas.
Salle de prière de la mosquée des Omeyyades.

« Le corps principal de la mosquée contient trois nefs immenses, dans la direction est-ouest et composées d’arcs légèrement pointus, appuyés sur de grandes colonnes et des piliers ».

Damas.
Chapelle de Saint Jean Baptiste.

« La nef du centre a sur la gauche une maisonnette en bois avec des jalousies, des moulures et des ornements en or et des peintures arabesques. Elle renferme le sépulcre du prophète Jean, fils de Zacharie ».

Damas.
Fontaine et Café Nawfara.

« La grande mosquée est magnifique par son étendue. Avant d’y entrer on remarque un superbe château d’eau avec une fontaine dont le jet s’élève à plus de six mètres. Autour de cette fontaine est un café sans cesse rempli des oisifs de la ville ».

Damas.
Manoir de Damas.

« Damas renferme plus de cinq cents grandes maisons magnifiques, que l’on pourrait appeler des palais ».

Damas.
Bab Touma, muraille de Damas.

« Damas est entourée de murailles, avec des tours et quelques fossés, mais ces ouvrages sont à demi ruinés et hors d’état de tenir contre une attaque en règle ».

Khan Arus.
Khan Arus

« Après avoir monté plusieurs petites côtes en différentes directions, j’arrivai, un peu avant minuit, au Khan Arus, qui tombe en ruine ».

Syrie.
Paysage décrit par Ali Bey

« De cette hauteur, bordée à l’ouest par la chaîne des hautes montagnes de l’Anti-Liban, on découvre un vaste horizon. Tout le pays est désert, mais nous commencions à apercevoir une terre rouge pâteuse, d’une autre qualité que celle que j’avais remarquée les jours précédents et couverte de petites plantes desséchées à cette époque ».

Homs.
Mosquée en basalte à Homs.

« Les maisons de Homs, quoique construites en pierre, offrent un aspect lugubre par leur couleur noire, parce que tout est construit en basalte ».

Ar Rastan.
Khan d’Ar Rastan

« Au coucher du soleil je descendis au bord de la rivière, où la caravane était campée. J’allai visiter un khan qui est d’une bonne construction, un moulin, puis un pont composé de huit ou dix arches ».

Hama.
Mosquée En Nuri.

« On compte à Hama plusieurs beaux cafés bien fréquentés et beaucoup de mosquées avec de hauts minarets, mais toutes celles que j’ai visitées sont petites ».

Hama.
Noria à Hama

« L’objet de ces digues est de diriger l’eau pour donner le mouvement à une infinité de roues hydrauliques, dont quelques unes ont jusqu’à dix mètres et demi de diamètre. Ces roues servent à faire monter l’eau de la rivière ».

Alep.
Grande mosquée d’Alep.

« La grande mosquée d’Alep est belle, sans être magnifique ».

Alep.
Bazar d’Alep.

« Les bazars d’Alep sont couverts en voûte, avec des lucarnes, mais que ceux de Damas sont beaucoup plus riches et bien mieux fournis ».

Alep.
Montagnes qui séparent Alep d’Antioche.

« Ces montagnes, de roche aride, ont exactement le même aspect que celles de Jérusalem ».

Antakia.
Antakia.

« La moderne Antioche n’occupe qu’une petite partie de l’espace sur lequel était située l’ancienne ville, dont la vaste enceinte de murs existe encore pour attester son antique grandeur ».

Montes Taurus.
Monts Taurus.

« J’eus à gravir plusieurs collines, au sortir desquelles je m’engageai dans la chaîne du mont Taurus (...). Cette partie de la chaîne est couverte de forêts superbes, dont les arbres les plus communs sont des chênes, des cèdres, des cyprès et des lentisques ».

Konya.
Cimetière de Konya.

« Konya renferme de vastes cimetières, où chaque tombeau est marqué par une pierre brute de deux mètres à deux mètres et demi de hauteur, d’un peu plus de trente centimètres de large, de sept centimètres d’épaisseur et placée verticalement ».

Konya.
Mosquée à Conya.

« J’ai vu aussi les dehors de trois mosquées, qui ont également une apparence magnifique, avec des grandes coupoles et des minarets minces et élevés ».

Karahisar, Afyon.
Le mont Karahisar à Afyon.
Karahisar.
Le mont Karahisar dessiné par Ali Bey.
Kutahia.
Kutahia.

« Kutahia est située sur le penchant d’une montagne ; les maisons, construites partie en maçonnerie et partie en bois, sont entièrement peintes. Elles ont toutes de grandes croisées, des kiosques ou belvédères et la plupart sont accompagnées de jardins qui forment un superbe tableau. La montagne qui domine la ville est couronnée d’un ancien château ».

Istamboul.
Istamboul.

« Constantinople a été visité par tant de curieux, que je n’entreprendrai pas de faire une description complète de cette ville et de ses monuments ».


Contact avec l’auteur : E-mail de Roger Mimó.

© Roger Mimó. Version française : Marc Belin.


Biographie de Roger Mimó La route des mille kasbahs, au sud du Maroc. Kasbah Loger dans une ancienne kasbah en terre. Kasbahs en vente au sud du Maroc.
Livres de Roger Mimó. Circuits dans la route des mille kasbahs. Les montagnes du Maroc. Inventaire de kasbahs et ksour. Tinghir et Todra