Tinghir et la vallée du Todra.

Page d’entrée.   Comment arriver à Tinghir : aéroports, routes et transports publiques.  Liste d’articles sur Tinghir et la vallée du Todra.  Cartes et plans de Tinghir et de la vallée du Todra.  Galerie d’images de Tinerhir et ses environs.  Galerie d’images de la vallée du Todra.

La poterie d’El Hart n’Iaamine

El Hart n’Iaamine, nommé aussi El Hart n’Imziouen ou El Hart n’Harratine, est un grand village situé 15 km à l’est de Tinghir, sur la rive gauche de l’Oued Todra. Il est connu par l’activité artisanale d’une partie de ses habitants : la poterie.

In Deutsch  In English  En español.

Entrée du ksar El Hart n’Iaamine, vallée du Todra.
Entrée principale du ksar

Rue du ksar El Hart, vallée du Todra.
Ruelle du ksar El Hart n’Iaamine

Légende sur la fondation d’El Hart n’Iaamine

(d’après Moha Qeddi, considéré l’homme le plus âgé d’El Hart n’Iaamine)

On dit que le premier habitant d’El Hart fut un potier nommé Imizi, venu de Tamegroute (vallée du Drâa) vers le milieu du XVIIIe siècle. Cet homme fut bien reçu par les Ait Hemmi d’Amezrou, qui lui offrirent un emplacement où bâtir sa maison et un atelier de poterie. Mais quand ses enfants grandirent, les Ait Hemmi commencèrent à avoir peur d’être dominés par les étrangers et les chassèrent de son territoire.

Alors la famille de potiers cherchèrent refuge dans une place nommée Tinigoumadène. Là, ils construirent une maison sans porte, à laquelle on pouvait accéder seulement en grimpant par le mur à l’aide d’une corde. Ils agirent de cette façon par crainte d’un redoutable lion qui ravageait la région à l’époque.

Plus tard arriva un frère du potier nommé Mansour et à deux ils bâtirent une maison plus grande et renforcée, ainsi qu’un nouveau atelier de poterie. Très hospitaliers, ils accueillirent différentes familles qui leur demandaient l’autorisation pour habiter près de chez eux. C’est ainsi qu’El Hart n’Imziouen est né.

Quand ce village atteint la trentaine d’habitations, commencèrent les conflits avec les Ait Hemmi d’Amzaourou. Alors les potiers appelèrent ses proches de Tamegroute, qui arrivèrent pour leur secourir, et El Hart devint le ksar le plus puissant de la vallée du Todra.

Porte secondaire du ksar El Hart, vallée du Todra.
Entrée secondaire du ksar

Vente de poterie d’El Hart, vallée du Todra.
Vente de poterie d’El Hart

Poterie d’El Hart près de Tinerhir, Maroc.
Pétrissage de la terre

El Hart n’Iaamine au début du XXe siècle

En 1930, le lieutenant Beaurpère écrit à propos d’El Hart n’Iaamine :

« Grand ksar de la rive gauche, un des plus grands du Todgha avec Tinghir ; la population se divise en 9 clans repartis en deux groupes.

1er – Ait Ameur : comprend les Ait Abdelmalek, Ait Mhand Ou Ameur, Ait el Khoukh, Ikeddaren [potiers] et Ait Chaib.

2ème – Ait Mansour : comprend les Ait Ali Ou Saïd, Ait Ali, Ait Ichou et Igourramen.

À un certain moment, les harratine d’El Hart étaient soumis à la suzeraineté des Ait Bou Iknifen (Ait Atta).

Ils sont maintenant indépendants comme les Imazighen des autres ksour.

Le clan des Igourramen groupe les mourabitine des Ait Sidi Mouloud, dont la zawiya mère est dans le Drâa (Mezguida) et dont une autre succursale est aux Ait Youl des Arba Mia des Ait Seddrat du Dadès. Ces mourabitine sont au nombre de 30 feux.

Moqqadem : Sidi Mhamd ben Abderrezar.

à signaler la présence de quelques chorfa d’Ouezzan venus s’installer à El Hart il y a une vingtaine d’années (...). Tous les ans, quelques harratine vont à Ouezzan travailler dans les propriétés des chorfa.

El Hart n’Imziwane compte deux mosquées. Dans la plus grande, on trouve un tamaris de très grande taille ».

Poterie d’El Hart près de Tinghir, sud du Maroc.
Moulure des trois minérales

La poterie d’El Hart

Basée sur la production d’objets d’usage quotidien, surtout de pots à cuisine, la poterie d’El Hart est connue par l’utilisation d’un émail naturel d’une couleur ocre. Ils l’obtiennent en mêlant trois minérales : le quartz (SiO2), le sulfure de plomb (PbS) et un grès argileux qui contient oxyde de fer (Fe2O3).

Comme toutes les arts vivantes, la poterie d’El Hart évolue avec le temps et s’adapte aux besoins du marché. Si auparavant ils fabriquaient surtout des pots et des jarres à eau, maintenant ils produisent plutôt des tagines, des cendriers, des chandeliers et même des foyers pour les feux de camping gaz.

Ces dernières années ils ont commencé aussi à fabriquer des carreaux.

Poterie d’El Hart (Todra), boue en repos.
Boue en repos

Poterie d’El Hart (Todra), tamissage de la boue.
Tamisage de la boue

Poterie d’El Hart : pétrissage de la terre.
Pétrissage de la terre

Procès d’élaboration de la poterie

La poterie d’El Hart utilise un mélange de deux sortes d’argile à proportions égales. La première sorte procède de la rive de l’Oued Todra et elle est assez fine, avec un haut contenu de sable. La deuxième sorte est apportée d’une colline proche au village et elle doive être bien tamisée pour en séparer les cailloux qui l’accompagnent.

On mélange l’argile dans une cuvette, on y ajoute de l’eau et on la laisse reposer pendant 15 minutes. En suite, on prend la boue produite à l’aide d’une boite et on le passe par un tamis. Après on le ramasse dans un espace qui lui est destiné, on le couvre avec un plastique et on le laisse reposer toute la nuit.

Le lendemain matin on ramasse cette boue qui a déjà absorbé une partie de l’eau et on le pétrit avec les pieds pendant un bon moment. Plus tard on le pétrit à nouveau avec les mains, juste avant de s’en servir.

Poterie d’El Hart (Todra) : travail avec le tour.
Travail avec le tour

Poterie d’El Hart (Todra), travail avec le tour.
Travail avec le tour

Le tour

L’élaboration des différents objets a lieu à l’aide d’un tour, situé dans un trou creusé au sol. Le potier, assis par terre, le fait bouger avec ses pieds. Une fois terminés les objets, ils doivent sécher à l’ombre pendant un minimum de trois jours avant de les cuir, le soleil du Todra étant trop fort et risquant de les fissurer. On les laisse au soleil juste un moment avant de les couvrir d’émail.

Croquis de tour de potier à El Hart (Todra)

Poterie d’El Hart (Todra), application de l’émail.
Application de l’émail

L’émail

Pour fabriquer l’émail il faut moudre d’abord les trois minéraux à l’aide d’un moulin manuel fait en pierre. Une fois transformés en poudre, on les dilue dans l’eau et on décante tout doucement ce mélange sur les objets déjà chauffés au soleil. En suite on les met dans le four.

Poterie d’El Hart n’Iaamine (Todra), four.
Le four

Poterie d’El Hart (Todra), extraction de pièces du four.
Extraction des pièces du four

Le four

La cuisson dure entre 5 et 8 heures, suivant les objets. Le four est alimenté de buissons sèches ou bien de copeau de bois, par une bouche inférieure. De dans, les objets restent séparés les uns des autres grâce aux supports en céramique et ils sont couverts avec des déchets de poterie vieille. On laisse toujours un petit objet à cuire au dessus de la vieille poterie ; quand il est cuit, le potier connaît que ceux de l’intérieur le sont aussi et il peut éteindre le feu. En suite il laisse refroidir un peu le four, il sort les objets déjà cuits et en sépare les supports, qui souvent laissent visibles ses trois empreintes caractéristiques.

Croquis de four de poterie à El Hart (Todra)

Hôtel Tomboctou, patrocinador de este Web

Page d’entrée.   Comment arriver à Tinghir : aéroports, routes et transports publiques.  Liste d’articles sur Tinghir et la vallée du Todra.  Cartes et plans de Tinghir et de la vallée du Todra.  Galerie d’images de Tinerhir et ses environs.  Galerie d’images de la vallée du Todra.  Page d’entrée.

Contact avec l’auteur : E-mail de Roger Mimó.

© Roger Mimó. Version française : Marc Belin. Tous les droits réservés.

La route des mille kasbahs. Biographie de Roger Mimó Ksar et kasbah Loger dans une ancienne kasbah en terre. Acheter une kasbah.
Livres de Roger Mimó. Circuits dans la route des mille kasbahs. Les montagnes du Maroc. Inventaire de kasbahs et ksour. Ali Bey.