La kasbah transformée en Hôtel Tomboctou

Le bâtiment aujourd'hui transformé en Hôtel Tomboctou est une vraie kasbah en terre crue, construite en 1944 par le cheikh Bassou Ou Ali, premier habitant de Tinghir à oser quitter le ksar avec sa famille pour s’installer près de la palmeraie et du chemin reliant la place du souk à la piste de Ouarzazate. Cette kasbah en pisé avait deux étages et elle était entourée d’un mur de clôture comprenant aussi quelques annexes, tels des écuries, un jardin, des fours à méchoui et un riad destiné à loger les hôtes.

L’objectif du maître n’étant plus la défense, comme dans les kasbahs anciennes, mais la réception d’invités, le prestige et la représentation, ce bâtiment offrait un aspect luxueux et moderne pour l’époque. Un patio central assez grand, de plus de trois mètres sur trois, était entouré de piliers et d’arcades en plâtre précédant des galeries couvertes, puis des chambres et des salons.

Au rez-de-chaussée, la chambre du cheikh était la seule qui possédait une fenêtre ouverte sur le côté Est, lui permettant de contrôler l'arrivée et le départ des visiteurs; le grand salon était réservés aux femmes et les autres pièces servaient à stocker la nourriture. À l’étage, un long salon était destiné à recevoir les invités de marque –puis que le cheikh avait une importante activité politique- et un autre de dimensions pareilles était pour le peuple. Il y avait aussi une chambre dans laquelle on gardait les théières, les plateaux en argent, les verres importés de l'Europe et d’autres matériels de valeur ; seul le maître de la maison en avait la clé.

Sur la terrasse, dans les quatre tours, quatre petites chambres étaient utilisées pour les jeunes non mariés de la famille. Les domestiques, de sa part, logeaient et labouraient dans une annexe accrochée à la kasbah par le sud, qui comprenait aussi la cuisine et son propre patio entouré de galeries, mais sans arcades.

Les murs étaient revêtus de plâtre à l’intérieur et des faux plafonds du même matériel couvraient à l’étage les toits en roseaux. À l’extérieur la finition restait traditionnelle, en terre et paille, mais elle était protégée par des tuiles vertes en poterie d’El Hart. Les fenêtres en fer forgé étaient assez grandes, jusqu’à 70 x 100 cm. au premier étage. Les portes des chambres en bois de sapin suivaient un modèle clairement citadin.

Avant et après l’indépendance du Maroc, la kasbah a vécu des journées glorieuses. On se souvient encore des temps où on avait arrivé à égorger quarante moutons dans un seul jour pour faire des méchouis, tellement grand était le nombre d’invités.

En 1966, Rom Landau écrit : « Pour ma première visite le lendemain matin, le supercaïd lui-même m'accompagna. Pour des raisons d'étiquette, il avait choisi la kasbah du cheikh Bassou, l'un des hommes les plus riches de la région. Sa kasbah était tout à fait nouvelle, construite en 1944, et j'ai vite découvert qu'elle était très différente des kasbahs de Skoura. Bien que l'entrée de la muraille était relativement faible, elle avait l'air impressionnant, car la porte était couverte de métal, peint blanc comme la neige, en contraste frappant avec le marron clair des murs qui l'entouraient. Au-delà de la porte, nous nous sommes retrouvés dans une cour carrée, classique. Le bâtiment de la kasbah lui-même était carré, symétrique et formel dans la conception, suggérant un ksar plutôt qu'une kasbah.

« Il était intéressant de voir cette interprétation moderne, mais je n'avais pas l'intention d'inclure de nombreuses structures très récents dans mon enquête. Cependant, il y avait certaines caractéristiques structurelles qui valaient la peine de regarder. Les kasbahs plus à l'ouest, généralement beaucoup plus âgées, présentaient des signes de délabrement, témoignaient d'additions successives et, en conséquence, avaient perdu leur symétrie d'origine, même si elles conservaient sa solennité. La kasbah du cheikh Bassou n'avait aucune de ces zigzagantes coursives, cours minuscules, mystérieuses entrées et escaliers raides disparaîtrant dans les ténèbres, qui caractérisaient tant de ces kasbahs occidentales. Le matériel de construction était le pisé, mais les murs avaient été renforcés avec des troncs de palmiers dattiers et les plafonds, eux aussi, étaient en bois de palmier. Les chambres donnaient sur un patio intérieur dans la tradition mauresque typique.

« Le cheikh Bassou nous a conduits par l'escalier jusqu'à une salle du premier étage sans doute réservée pour la réception des invités. À ma grande surprise, j'ai constaté qu'elle était meublée d'un canapé, un tapis, tables et lampes de table et autres conforts tout à fait exceptionnels dans mon expérience en kasbahs. Notre hôte lui-même, un homme robuste et âgé, ne travaillait plus sur ses terres, mais employait quatre ouvriers, principalement pour la culture des olives et de dattes. Il ne leur payait pas d'argent, juste un cinquième de la récolte et trois repas par jour : au petit-déjeuner, du thé à la menthe et du pain ; au déjeuner des viandes froides, des légumes et du pain, et pour le dîner, couscous. Quand j'ai demandé quel était le but des farouches tours de défense de sa kasbah, pas très nécessaires au milieu du XXe siècle, il a admis qu'elles avaient été érigées pour des fins purement décoratifs, et avec l'objet de maintenir la tradition établie. Même les remparts qui entouraient son domaine étaient là parce qu'ils étaient "traditionnellement" corrects.

« Bien que nous avions atteint sa kasbah immédiatement après notre propre petit déjeuner, le cheikh Bassou insista sur le fait que nous goûtions un peu de son thé à la menthe, du pain chaud du four, du beurre et du miel. L'atmosphère de l'endroit, la propreté et l'ordre étaient plutôt comme ceux d'une maison des villes du nord ; la kasbah du sud habituelle est moins soignée, pleine de poussière et de décombres, et souvent aussi tout à fait primitive dans sa conception ».